Les DOM bénéficient d’un programme spécifique européen, le Programme d’Options Spécifiques à l’Eloignement et à l’Insularité des Départements français d’Outre-mer (POSEIDOM), mis en œuvre depuis 1991.

Suite à l’adhésion de l’Espagne et du Portugal à l’Union européenne en 1986, le programme a dû s’adapter. Le POSEIDOM est devenu le POSEI

Le POSEI est l’outil de mise à disposition d’aides européennes et nationales au secteur agricole pour toutes les Régions Ultrapériphérique ( RUP) .

En théorie et d’après les européens,  ce programme regroupe des mesures permettant d’aider à l’approvisionnement de matières premières agricoles non produites localement et de favoriser les productions agricoles locales.

ça c’est la théorie, dans la réalité, c’est la contrepartie de l’ouverture de notre marché intérieur,  non seulement aux 28 Etats membres de l’ Union Européenne, mais également à tous les pays qui ont signé des accords de libre-échange avec l Union Européenne, notamment nos voisins de la Caraïbes ( A C P)

Ces aides profitent surtout aux deux cultures d’exportation ; Banane et canne et depuis quelques temps au melon.

Les petits producteurs de madères, de patates douces, d’ignames et aussi les petits éleveurs  sont surtout victimes de la concurrence extérieure et ne bénéficient que de quelques miettes

Coup de tonnerre, la Commission européenne a annoncé qu’une baisse de 3,9 % du budget du POSEI était envisagée pour la période 2021-2027. 

Le Gouvernement français et les députés «  ultramarins » ont beau protester, la commission européenne a décidé de diminuer régulièrement les aides aux RUP.

Ce qui ne  diminue pas,  c’est l’ouverture de nos frontières aux produits européens

Peut être  cela fera t’il réfléchir, les partisans de l’intégration européenne.

Alain PLAISIR

Président du CIPPA

Laisser un commentaire