Grâce à un journaliste guadeloupéen , bien informé, nous avons maintenant la liste des nouveaux actionnaires de la compagnie aérienne CORSAIR

 Outre  le duo Patrick VIAL-COLLET et Eric KOURY ,à la manœuvre,  on y retrouve les principaux personnages  de la bourgeoisie Guadeloupéenne.

Les mêmes qui étaient silencieux et surtout absents pour la reprise de la centrale géothermique de Bouillante,( vendu aux américains pour 50 millions d’euros) qui produit une énergie renouvelable pas chère ( la moins chère de toutes les énergies).

 Il faut noter que l’argent de la vente a été intégralement versé dans les caisses de l’Etat.

Quant aux responsables politiques,  du député Olivier Serva à la présidente du conseil départemental, ce n’est que concerts de louanges. Nous avons même entendu parler  de «  génie guadeloupéen, de patriotisme économique » etc. …

De grands mots pour parler d’une affaire de business !

Le patriotisme économique aurait consisté à investir dans la production, développer la filière bois, l’aquaculture etc.. et surtout prendre le contrôle de notre géothermie qui produit de l’électricité.

 Et nous savons depuis longtemps qui n’y a pas de développement sans énergie. Tant et si bien, que Lénine disait déjà en 1917 : «  le communisme, c’est le pouvoir des Soviets , plus l’électricité »

En réalité, les Guadeloupéens doivent rester vigilants, les plus anciens se rappellent de la sombre affaire d’Air Guadeloupe, dans les années 1980, où l’un  de protagonistes était déjà un KOURY ( le père)

Il est étonnant, que c’est au moment où toutes les compagnies aériennes ont de difficultés, que les clients se font rares,  à cause de l’épidémie du COVID que le bourgeoisie guadeloupéenne choisit d’investir dans le domaine du transport aérien .

Que se passera t-il si  cette compagnie, faute de clients, rencontre des difficultés financières ? Les collectivités guadeloupéennes voleront elles aux secours des actionnaires avec notre argent ? ) Affaire à suivre .

La bourgeoisie compradore de Guadeloupe répond bien à la définition qu’en fait Frantz FANON dans les damnées de la terre :  « Au sein de cette bourgeoisie nationale on ne trouve ni industriels, ni financiers. La bourgeoisie nationale des pays sous-développés n’est pas orientée vers la production, l’invention, la construction, le travail. Elle est toute entière canalisée vers des activités de type intermédiaire. Être dans le circuit, dans la combine, telle semble être sa vocation profonde. La bourgeoisie nationale a une psychologie d’hommes d’affaires non de capitaines d’industrie »

Ouvriers, paysans, fonctionnaires, intellectuels , femmes et hommes de Guadeloupe restons vigilants, gardons les yeux grands ouverts .

                                   Alain PLAISIR

                      Président du CIPPA

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire