Avec la disparition progressive de nos productions  sous l’effet du libre-échange, avec le chômage qui explose, notamment à cause tourisme de masse qui bat de l’aile, avec la  faiblesse des finances de nos collectivité, avec l’exode des jeunes et des moins jeunes, la Guadeloupe est dans une impasse

Nous sommes  confrontés à une situation sans issue à terme.

Nous ne  pourrons pas  vivre ou plutôt  survivre comme on nous le propose actuellement.

Nous ne voyons pas d’éclaircie à l’horizon, le tourisme n’est pas prêt de repartir, même après le confinement dans les pays européens. Le sucre et la banane sont en sursis. Les structures  administratives inadaptées frôlent  le ridicule.

Il faut se débarrasser du linge sale, c’est-à-dire se  revêtir de nouveaux habits.

Une autre orientation est possible, les guadeloupéens ne peuvent pas  être paralysés  par la peur du changement.

Pour aller de l’avant, il faut oser, il faut de l’audace, il faut de la confiance, sinon c’est la lente agonie.

Mais les guadeloupéens ont besoin d’un projet débattu avec le peuple, enrichi par le bouillonnement intellectuel, la fermentation des idées, le goût de l’effort qui doivent s’installer dans le pays. Ce projet,  le CIPPA , modestement et à son niveau  a établi les premières bases. Il doit être enrichi par le débat démocratique et par l’irruption du peuple dans une affaire qui le concerne

Fini avec des slogans du genre : Changer d’avenir, ou la Guadeloupe pour tous » qui ne  font  rêver que les rêveurs.

Déplorer la corruption qui sévit dans le pays,  le chômage, les discriminations ne suffisent pas.

Nul  doute que nous soyons arrivés à un moment ou chacun doit prendre ses responsabilité

Les guadeloupéens ont besoin d’un projet réaliste et chiffré, et qui serait mis en débat dans la population.

Ce projet ne doit pas être un programme   électoral, où  toutes les promesses démagogiques sont permises .

L E PROGRAMME POUR UNE GUADELOUPE NOUVELLE DOIT COMPORTER DEUX VOLETS

  • FAIRE SAUTERLES OBSTACES AU DEVELOPPEMENT 
  • CONSTRUIRE UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE et ÉCOLOGIQUE

Les travailleurs, les paysans , les intellectuels, les jeunes et les femmes doivent s’emparer du programme et faire émerger des femmes et des hommes dont le seul souci serait le bien commun et qui n’aurait la possibilité de n’exercer  qu’un seul mandat limité dans le temps.

Alain  PLAISIR

Président du CIPPA

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire