Dans le cadre de la journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes, le CIPPA tient à y prendre sa part. Aujourd’hui, nous vous présentons le poème de Laure Tarer, membre du CIPPA.

Je m’appelle F comme Femme
Et j’habite une humanité méprisée,
Violentée,  excisée, vendue, battue, meurtrie.

Je m’appelle F comme Femme
Et chaque jour je dois penser à protéger mon corps des agressions verbales, des remarques salaces, des gestes déplacés,  de la folie meurtrière d’un amant éconduit.

Je m’appelle F comme  Femme
Et j’arrive au monde avec la sensation que pèse sur mes épaules une menace invisible mais bien présente qui m’invite à toujours faire plus pour être acceptée,  reconnue,  appréciée,  valorisée.  Mais pour récolter moins, quoi que je fasse!

Je m’appelle F comme Femme
Et je vis  dans  la Crainte que cet homme à qui j’ai dit je t’aime un jour, ne me fasse disparaître pour toujours ! Je rentre chez-moi à  reculons…mais je pense aux enfants ! Vous savez,  ces petits innocents auxquels il risque de s’attaquer s’il ne me voit rentrer!

Je m’appelle F comme Femme
Et je suis rentrée chez moi.  Je suis accueillie par un choc violent qui me projette et me plaque au sol! Est-ce la fin?

Je m’appelle F comme Femme
Et je ne crois pas à la Fatalité !
J’ai réussi à vaincre Goliath ! J’ai transcendé mes montagnes de Peur. Mes enfants et moi sommes à l’abri.  Des Héros et Héroïnes remplis d’humanité nous ont préservés !


Je m’appelle F comme Femme
Et je choisis de poser la pierre de l’Éducation comme fondation d’une société juste et égalitaire entre les hommes et les femmes !

Je m’appelle F comme Femme
Et je ne me tairai pas, ni ne me terrai dans un silence assourdissant, face aux violences faites aux Femmes.

©️ Laure TARER
Le 23/11/2020



Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire