CONSTAT. 

Lorsqu’on arrive en Guadeloupe , on est assez vite frappé par le niveau de pauvreté de ce  département- région, par rapport à ceux de Métropole. 

 Routes défectueuses,avec de nombreux travaux qui restent en plan…d’où de nombreux  bouchons qui entraînent retards mais surtout pollution. 

 Nombreux déchets entreposés le long des routes, cimetières de vieux véhicules dans des  prés.. quelques déchetteries sont là cependant . Quant au ramassage des ordures il laisse plus qu’à  désirer ! 

 Peu de transports en commun, aux horaires approximatifs , ce qui renforce l’usage de la  voiture, donc plus de pollution sur l île. 

 Infrastructures de santé défaillantes ( triste état du CHU à Pointe à Pitre). Gros problèmes de distribution de l’eau ( coupures récurrentes, liées à des problèmes de canalisations vétustes) et cela  depuis des années…. 

 Produits alimentaires dans les grandes surfaces, qui viennent en très très grande majorité de  France, d Europe, d Asie, d Amérique Centrale et très peu de la production locale ( elle ne peut  résister, niveau prix , face à ces gros trusts étrangers). 

 Donc une économie basée essentiellement sur la consommation et le tourisme Même les  deux grosses productions de l’ époque coloniale ( bananes et sucre ) sont en chute .  Un tourisme essentiellement Européen mais très peu de tourisme local. Beaucoup de gîtes  personnels pour accueillir ce tourisme Européen. 

 Beaucoup de pauvreté donc. 30 % de la population est touchée par le chômage et presque  60 % parmi les jeunes! Résultat une délinquance galopante. 

 Un pays très rural ou beaucoup de gens tentent de vivre en autonomie (jardin créole,  quelques animaux, arbres fruitiers) .Pas mal de petites exploitations qui vendent sur les marchés.  Peu de coopératives, peu d’entreprises d’agro transformation. 

 La plupart des communes et communautés d’ agglomération sont gravement endettées  ( Dernièrement à la rentrée scolaire 2020,Pointe à Pitre ne peut offrir une cantine à midi à ses  écoliers !) 

 Un mille feuille administratif pour une petite île qui a donc un statut de Département Région D’Outre Mer (DROM);Dans ces structures institutionnelles les postes d’élus sont très convoités…Il  se voit de suite que cela offre notoriété, prestige et bon salaire d’appoint…Le clientélisme est roi ;  Du maire au président de région, on voit des élus qui distribuent boulot, aides pécuniaires…  On peut aussi noter beaucoup de divisions de jalousies en Guadeloupe..par contre il y a un  chauvinisme très fort.( cela est souvent typique de l’ insularité). 

ET POURTANT… 

Comment se fait il qu’un archipel avec autant de paysans et de pêcheurs achète tant de choses à l’  extérieur qui pourraient être produites ici ?Pourquoi un développement si faible? On se dit que  même du lait pourrait être produit ici ! Les paysans ont des canards et les magrets ,vendus en  grande surface, viennent de Hongrie ou de Roumanie ! 

Sans parler des richesses énergétiques qui peuvent être développées ici : géothermie,  solaire,éoliennes….La filière bois aussi pourrait davantage être exploitée tout en respectant la  nature. Et des usines de dessalement de l’ eau de mer aideraient beaucoup à résoudre le problème de  la distribution de l’ eau.. Bref la Guadeloupe a tout un potentiel de développement. Pourquoi ce décalage entre ces potentiels et la triste réalité observée ?

Et bien parce qu’après décryptage, il est évident que la Guadeloupe fonctionne encore sur un schéma  colonial ! 

Le statut actuel de Département -Région lie totalement la Guadeloupe au libre marché Européen  (concurrence libre et non faussée). Par conséquent , les gros trusts Français et Européens dictent  leurs lois sur le marché intérieur Guadeloupéen…Pas besoin d être journaliste , politicien ou  sociologue pour s’en apercevoir. Faites un petit tour dans les grandes surfaces ou dans la Zone  Industrielle de Jarry. 

CONCLUSION

Je ne peux que constater que cette île vit une crise économique,sociale,environnementale  ( empoisonnement des sols et de la mer par le chloredécone) et une crise démocratique. La crise sanitaire du Covid 19 ne fait que renforcer tout cela. 

Voilà pourquoi je rejoins le CIPPA ( Comité d Initiative pour un Projet Politique Alternatif). Ce parti a le mérite d être clair.Il propose un autre statut pour la Guadeloupe . Celui de devenir un  PTOM ( Pays Territoire d’ Outre Mer ) comme le sont la Polynésie ou St Barthélémy par exemple . Ce statut donne une autonomie en rien comparable avec le carcan actuel du statut DROM . Pouvant garder la TVA des produits achetés et autres taxes ( alcools, jeux..), pouvant gérer des taxes douanières équilibrées, secteurs par secteurs , mises en place pour défendre le marché intérieur,  cette autonomie fiscale et douanière favoriserait ainsi production guadeloupéenne et donc emplois. Ce statut (PTOM) serait un vrai progrès social pour l’ ensemble de la population … Politiquement la Guadeloupe serait gérée par une seule assemblée élue à la proportionnelle  intégrale. 

Le statut actuel a vraiment montré toutes ses limites. A part une petite partie de gens qui tire leur  épingle du jeu, une large majorité de guadeloupéens ( éennes) en font les frais chaque jour qui passe. Un rêve ce projet alternatif d autonomie économique et politique, me diront certains ? Et bien je  préfère y arriver, plutôt que l ‘avenir de cette île sombre dans un cauchemar : pays que quittent les  jeunes pour ne plus y revenir…chômage encore plus grand ( la production locale est en passe de  disparaître petit à petit…), .ou alors transformation de cette île en usine de tourisme de masse ,pour l’unique profit de certains. A tout cela , je dis NON. De plus , il me semble que , le RSA ou le  crédit permanent comme solution pour s’ en sortir chaque jour, , ne sont pas non plus un avenir très  réjouissant . Alors vite un sursaut amiEs Guadeloupéens,(éennes) pour que cette belle Île puisse  vivre mieux, en pouvant gérer son destin. Ne soyons ni peureux, ni fatalistes , ni résignés … nous  pouvons changer les choses. 

Avoir des bustes de DELGRES, c‘est une bonne chose. Mais tâchons, comme lui de résister à ce qui  n’est pas acceptable aujourd’hui ! 

 René DATRY

Laisser un commentaire