Devant l’absurdité de notre situation  politique et économique, plus personne ne défend le statu quo,  c’est-à-dire  le statut départemental.

 Même pas  le gouvernement de monsieur Macron qui se propose de changer la Constitution française pour permettre aux régions de choisir «  la  différentiation ». 

Et nos élus qui n’ont rien demandé, qui n’ont élaboré aucun projet, sont prêts à s’engouffrer dans ce nouveau gadget concocter dans les palais parisiens. Ils vont obéir et s’exécuter comme ils l’ont fait pour la création des communautés d’agglomération, dont on voit actuellement le coté néfaste.

Pour nous, le changement ce n’est pas confié plus de pouvoirs aux élus,  ce n’est pas simplement demandé de prendre en compte nos «  spécificités »,  plus de dérogations ou encore l’adaptation des directives européennes. C’est déjà le cas,  en grande partie,  avec la décentralisation.

Nous pensons qu’aucun changement ne sera réel.

  • Tant qu’on laissera le marché dicter sa loi. C’est-à-dire, laisser les profiteurs profiter librement. 
  • Qu’on laissera le rouleau compresseur de la mondialisation tout écraser sur son partage, pour ses uniques intérêts.

Les mesures protectionnistes pour protéger l’emploi, notre patrimoine culturel, notre biodiversité,  notre littoral et aussi et surtout notre production, ne sont surement  pas suffisantes, mais elles sont indispensables et salutaires, si l’on veut effectivement penser un développement qui nous tire de l’abîme.

Aucun changement  ne sera viable  si nous dépendons uniquement des dotations de l’Etat qui forcément vont baisser dans les années à venir.

Aucun changement ne sera viable si nous ne changeons pas nos rapports avec l’Union Européenne, dans le sens d’une coopération plutôt que d’une intégration,

Intégration qui nous impose ses choix  de concurrence entre les entreprises et entre les travailleurs dans son système de «  concurrence libre et non faussée ».

C’est dan ce contexte que le CIPPA vient de faire paraître son ouvrage : LES VOIES ET MOYENS DE L’AUTONOMIE DE L’ ARCHIPEL DE LA GUADELOUPE. A lire absolument.

Alain  Plaisir

Président du CIPPA

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire