Comme ils ont pris désormais l’habitude, les représentants de l’Etat, nous annoncent régulièrement le montant des dépenses de l’ETAT en Guadeloupe.
Cette fois-ci, c’est le Préfet Guadeloupe , qui sous prétexte de transparence, nous informe que les dépenses de l’Etat se sont élevés 2,6 milliards d’euros. Et comme les chiffres ne suffisent pas, il ajoute « Ces dépenses traduisent les priorités du gouvernement pour notre territoire : développer l’emploi et l’investissement… »
Présenté comme cela, il ne reste plus aux guadeloupéens qu’a dire : MERCI PATRON
Ce que le Préfet aurait pu dire dans son souci de transparence, c’est que la Guadeloupe a acheté la même année 2,9 milliards d’euros de marchandises dont 1,6 milliard, soit 57% du total des importations, aux seules entreprises françaises. Dix ans auparavant le total des importations était de 1, 9 milliard, en progression de 10% par an. Ainsi, quand le préfet parle d’une augmentation de 6% des dépenses de l’ETAT de 2014 à 2018, il aurait été plus nuancé dans ses propos, s’il avait également donné tous ces chiffres.
Il faut ajouter que toutes ces importations bénéficient aux compagnies maritime et aérienne que sont la CGM et Air France, comme à la belle époque du monopole de pavillon.
A cela, il faut ajouter la contribution de la Guadeloupe au budget de l’Etat qui dépasse les 600 millions d’euros avec la TVA, l’Impôt sur le Revenu, la Taxe sur les alcools, le Droit Annuel de Navigation, le Droit de port, le produit des jeux, sans compter les amendes et confiscations dont nous ignorons les montants, mais que nous savons en constante augmentation. A noter que l’ETAT prélève pour le compte de l’Union Européenne, chaque année, plus de 15 millions d’euros.
Enfin, une grande partie des salaires des fonctionnaires pris en charge par l’Etat , sert au FONCTIONNEMENT DE L APPAREIL d’ETAT : Armée, Gendarmerie, Justice, Douane, Finances etc.…
On pourrait même ajouter la possession de la ZONE ECONOMIQUE EXCLUSIVE ( ZEE) de la Guadeloupe, d’une valeur inestimable qui permet à la France de rayonner, comme une grande puissance maritime, dans la zone caraïbe.

Alain PLAISIR
Président du CIPPA

Publié dans : BLOG

Laisser un commentaire