29/02/2024

Block Title One

LA MARE AU PUNCH de Bernard LECLAIRE

Mon vœu littéraire serait de sortir enfin du mouvement restrictif, sclérosé et sclérosant de la Créolité. Il est grand temps de tourner la page vers notre « Caribénitude » retrouvée et affirmée. Voilà le nouveau concept littéraire qui tourné vers la Caraïbe historique, géographique, mais aussi culturelle et sociologique, dans l’espoir d’un nouvel humanisme tenant compte respectueusement de toutes les identités, comme un édifice monde indispensable à la survie de l’Homme.

L’OCTROI DE MER, l’ultime réforme

L’octroi de mer a longtemps été critiqué par l’Europe parce qu’il était un droit d’importation.
Avec le système de compensation, on peut dire que depuis 2004, il est un droit de
consommation. Cette taxe concerne tous les produits, y compris ceux de première nécessité,
l’eau et l’électricité. Plus on importe et plus on produit localement, plus les collectivités locales
perçoivent cette manne fiscale. En réalité, elles utilisent peu ou prou la cinquantaine de taxes
municipales et paramunicipales pour alimenter les budgets communaux. L’octroi de mer est
donc injuste puisqu’il induit une hausse des prix alors qu’en France continentale les
communes tirent des ressources des taxes sur les chemins ruraux, des taxes de séjour, ou
encore des concessions d’emplacements publicitaires, etc., pas seulement des « 4 vieilles ».
Les trois principaux griefs sont les suivants : Le dispositif est particulièrement compliqué avec
un tarif spécifique à chaque territoire. Le marché unique antillais (MUA) existe sur le papier
mais ne fonctionne pas dans les faits, idem entre la Guyane et les Antilles. Le second
inconvénient majeur est propre à son mécanisme : L’octroi de mer crée un phénomène
inflationniste de double taxation. L’importateur doit s’acquitter immédiatement de l’octroi de
mer sur les intrants (avant la vente). Ensuite, cette taxe sera à nouveau taxée pour le calcul de
la TVA (après la vente). Le troisième reproche adressé : ce n’est absolument pas un outil de
développement ni même de protection de la production locale.
En matière fiscale, il existe des dispositifs plus modernes. Par exemple, la TVA est payable
après la vente du produit, et dans certains cas, elle peut être non perçue et récupérable.

Marie-Galante : Sauver la canne

Chers Amis des Îles du Sud, je viens de réaliser une interview avec Mr Athanase Coquin sur la problématique actuelle de l’usine (Grand Anse Marie Galante) à démarrer la coupe. L’objet du refus des planteurs d’accepter le prix proposé, plus bas que les planteurs de la Guadeloupe proprement dite. Cette analyse est indispensable pour la compréhension d’un secteur de plus...

Conférence sur l’octroi de mer

Le contexte L’octroi de mer est une taxe perçue sur les marchandises introduites  dans les DOM et dans certaines conditions sur les biens produits sur place. L’étude historique montre que cette taxe remonte à une époque très ancienne, mais c’est dans le senatus Consulte du 04 Juillet 1866 qu’apparaît pour la première fois l’expression « octroi de mer. Ce texte confère...

LA MARE AU PUNCH de Bernard LECLAIRE

Mon vœu littéraire serait de sortir enfin du mouvement restrictif, sclérosé et sclérosant de la Créolité. Il est grand temps de tourner la page vers notre « Caribénitude » retrouvée et affirmée. Voilà le nouveau concept littéraire qui tourné vers la Caraïbe historique, géographique, mais aussi culturelle et sociologique, dans l’espoir d’un nouvel humanisme tenant compte respectueusement de toutes les identités, comme un édifice monde indispensable à la survie de l’Homme.