Capture d’écran 2015-05-30 à 22.34.47

Notre société est violente. Elle est née dans la violence avec le génocide des Amérindiens, la traite, l’esclavage des Africains, la déportation des Indiens, la colonisation et le racisme. Le capitaliste en inventant un système basé sur l’exploitation de l’homme par l’homme est aussi responsable de cette violence. Notre société, comme beaucoup d’autres sociétés est également violente à cause des inégalités. Inégalités entre les hommes, mais surtout inégalités entre hommes et femmes.

La société moderne  avec cette course à la possession des biens matériels aggrave cette violence. C’est la compétition entre les pays, entre les entreprises, entre les hommes pour acquérir encore et toujours plus de profits et de bien matériels.

Cette violence s’exprime au quotidien, par le non respect de l’autre. Cela commence par la violence verbale et  va jusqu’à la mise à mort. Violence entre automobiliste, violence routière, violence entre voisins, violence dans les couples, violence dans l’entreprise…

Cette violence s’exprime aussi en politique « Si tu peux tuer ton ennemi, fais-le.. » ami », ou  encore, « il vaut mieux  être craint qu’aimé »

Toute cette violence au quotidien a des causes : l’égoïsme, la jalousie, l’orgueil,  l’absence de tolérance et d’amour. Il faut se débarrasser de ces 4 poisons

A la pensée de Machiavel, je préfère celle de Gandhi.

Gandhi  disait : «  le  principe du non violence est violé par toute pensée mauvaise, par le mensonge et la haine »

La non violence n’est pas une faiblesse mais une force. Celui qui crie est un faible, celui qui frappe est un faible : Citons encore Gandhi » Celui qui ne fait aucun mal aux être animés, qui ne le soumet à aucune contrainte, n’étant l’ennemi de personne, n’a plus d’ennemi »

Sans atteindre le degré de perfection de Gandhi, nous pouvons tous travailler mentalement, pour être plus tolérant, moins vaniteux et moins jaloux. Tout cela devient possible par la simplicité, la volonté de concorde, l’espérance,  la soif de vérité, de justice et  d’amour.

Alain PLAISIR

Laisser un commentaire