logo

Il y a juste dix ans , le mouvement social animé par le LKP dénonçait les abus et mettait à nu les mécanismes de la pwofitasyon des békés de la grande distribution.
Aujourd’hui c’est une autre pwofitasyon qui est dénoncé. Cette fois-ci, par les magistrats de la chambre régionale des comptes. Que disent ces magistrats : « …LA COMMUNE de BASSE-TERRE, MALGRE SA SITUATION FINANCIERE CRITIQUE, a recruté dans des conditions irrégulières ( absence de délibération créant le poste, fixant les modalités de rémunération et les missions) un COLLABORATEUR AVEC UN SALAIRE MENSUEL DE 8000 EUROS MENSUELS et d’un COUT ANNUEL DE 160 000 euros, dont 36 000euros e PRIMES .
Dans quel pays cela se passe-t-il ? Dans le département des Hauts de –Seine, sur la Côte d’azur .. ? Hélas non, cela se passe en Guadeloupe où plus de 40% de la population vit avec moins de 900 euros par mois.
La somme de 8000 euros, qui est loin d’être négligeable, n’aurait rien de scandaleux, s’il s’agissait d’un collaborateur en charge des finances d’une grande métropole, de la riche ville de Neuilly, ou bien de la rémunération d’un urbaniste de génie… Un genre de baron Haussmann…
Non, il ne s’agit simplement que du directeur de cabinet de Basse-Terre, une petite ville de 11 000 habitants. Ville moribonde où l’eau ne coule pas toujours, où il est difficile d’apercevoir la moindre grue et qui ne se distingue que par le nombre impressionnant de parcmètres qui jalonnent toute la ville.
Une ville où les impôts locaux déjà insupportables, vont augmenter, pour combler le déficit d’une gestion calamiteuse.
Pour les esprits distraits il faut rappeler que tous les collaborateurs d’un maire sont payés avec l’argent du contribuable, cela veut dire avec notre argent. Beaucoup de ces agents sont, malheureusement, payés au smic (+les 40% ,qu ils ne percevront pas à la retraite)

N’est ce pas de la pwofitasyon ?. Cette pwofitasyon est d’autant plus insupportable quand nous apprenons, toujours par la voix des magistrats de la chambre régionale, que le superman de collaborateur, occupe également un poste à plein temps à la région, où il percevrait une rémunération mensuelle de 4 000 euros.
Coïncidence sans doute, le maire de Basse-Terre est également deuxième vice-présidente de la Région. Cherchez l’erreur !
Pour reprendre une expression très à la mode en 2009 : déchoukaj a pwofitasyon. A tout profitasyon.

Alain PLAISIR
Président du CIPPA

Publié dans : BLOG

Laisser un commentaire