logo

La propagande a déjà commencé. En effet on nous annonce, a grand renfort de publicité, que la production de l’électricité d’origine géothermique va doubler, voire tripler grâce aux nouveaux forages sous les flancs de notre volcan de la soufrière.
C’est déjà cet argument qui avait été mis en avant pour la vente de la centrale géothermique de Bouillante.
Evidemment, comme en 2016, il y a des guadeloupéens qui disent woulo, bravo ! Ils disent qu’ils sont pour l’indépendance énergétique ! Qui pourrait être contre l’indépendance énergétique ? Surement pas nous au CIPPA, bien au contraire. La question n’est pas là !
IL FAUT TIRER DES LECONS DU PASSE.
– Qui a profité de la vente de l’exploitation de la centrale de Bouillante ?
– Est-ce que les guadeloupéens paient l’électricité moins chère depuis l’augmentation de la production ?
– Est-ce que la commune de Bouillante bénéficie de retombées financières ?
– Est-ce que la collectivité régionale, qui continue à accorder des exonérations d’octroi de mer, a bénéficié de retombées financières ?
– Est-ce que le cadre de vie des Bouillantais c’est amélioré ?
A toutes ces questions , nous pouvons répondre NON
Par contre ce que nous savons, c’est que l’entreprise ISRAELO AMERICAINE ORMAT a fait dès la première année 6 MILLIONS DE BENEFICES qui ont été distribués à ses ACTIONNAIRES, dont aucun n’est Guadeloupéen.
Le scénario nous le connaissons, les pays du tiers monde connaissent. Demandez donc aux Gabonais, aux Congolais…, comment cela passe t’ il !
Des entreprises européennes ou américaines viennent exploiter les matières premières des pays du sud, non pas pour le bien être de ces population, mais pour s’enrichir et enrichir leurs actionnaires, sous le dos des pays, riches en matières premières et richesses minières.
Avant toute exploitation d’UNE NOUVELLE CENTRLE GEOTHERMIQUE, nous demandons :
QUE :
– LA PLUS GRANDE TRANSPARENCE SOIT FAITE EN MATIERE D’ ENVIRONNEMENT
– LA POPULATION SOIT CONSULTEE
– DES GUADELOUPEENS PUISSENT ENTRER DANS LE CAPITAL DE CES SOCIETES et aussi les COLLECTIVITES LOCALES
– LES ENTREPRISES QUI EXPLOITENT LES RICHESSES DE NOTRE SOUS-SOL VERSENT DES REDEVANCES AUX COLLECTIVITES LOCALES
– LE PRIX DE L’ELECTRICITE SOIT REVU A LA BAISSE

Si toutes ces conditions ne sont pas remplies, nous disons
NON

Alain PLAISIR
Président du CIPPA

Publié dans : BLOG

Laisser un commentaire