Le COLLECTIF de DEFENSE du PATRIMOINE GEOTHERMIQUE de la GUADELOUPE

Lettre ouverte

Aux députés et sénateurs de la Guadeloupe

Madame, Messieurs,

En référence à l’article 51-2 de la Constitution, nous nous adressons à vous, afin qu’en vos qualités de parlementaires, vous preniez l’initiative de déposer une proposition de résolution tendant à la création d’une commission d’enquête aux fins de recueillir des éléments d’information sur les conditions de vente de Géothermie Bouillante par SAGEOS à la société Ormat Technologies.

Bien que la Région Guadeloupe dispose de la compétence « énergie » à travers les habilitations biannuelles,  et en dépit de la LOI n° 2015-991 du 7 août 2015 portant Nouvelle Organisation Territoriale de la République, qui renforce les responsabilités régionales,  le gouvernement  a décidé de vendre la centrale, en faisant fi de la stratégie définie par les élus du conseil régional et dans l’opacité la plus totale

En effet,  c’est par  un communiqué de la société Ormat Technologies que nous avons appris  que le gouvernement, par l’intermédiaire de ses ministres Ségolène Royal et Emmanuel Macron, a signé un accord de principe avec cette société pour qu’elle rachète 85 % du capital de la centrale guadeloupéenne.

Au lieu d’investir dans ce projet, EDF décide de réduire sa participation au capital de la centrale à un niveau symbolique.

Pourquoi l’EDF s’est elle désengagée du capital de  la centrale de Bouillante ?

Pourquoi cette différence dans le calcul du coût de production entre  l’EDF et l’ADEME ?

A quel prix  l’EDF achète-elle le  MW d’électricité produite par la centrale ?

Quelles sont les causes du déficit de 500 000 € et de l’endettement de 23 millions € ?

Pourquoi l’audit technico-économique du site de Bouillante, prévu en avril 2011 n’a jamais abouti à un rapport officiel (rapport de la Cour des comptes d’Octobre 2014….)

Le cycle de production de l’énergie électrique habituellement utilisée par Ormat Technologies est à fluide binaire et suppose l’utilisation de fluides tels le pentane ou l’hexopentane réputé dangereux. Ceci est contraire à la législation française sur le risque industriel en milieu urbain

Autant de questions, sans réponses, qui méritent absolument une enquête parlementaire.

Ce que nous savons par contre, c’est que l’’unité la plus ancienne de Bouillante a été entièrement rénovée il y a deux ans avec des fonds publics ; que la région Guadeloupe y a largement contribué, en accordant des exonérations d’octroi de mer depuis 30 ans sur la livraison et l’importation de tous les biens d’équipements et les pièces détachées.

C’est donc, à notre avis, un  cadeau extraordinaire qui est fait à cette entreprise américaine avec l’argent public, notamment  avec  celui  des Guadeloupéens.

Dans l’attente  de votre réponse, que nous espérons favorable, nous vous prions d’agréer, madame, messieurs les parlementaires, l’expression de notre haute considération

 Pour le collectif

 Alain  PLAISIR

Porte-Parole

Laisser un commentaire