Malgré les  milliards, soit- disant,  que l’Europe déverse sur nous, malgré « la générosité » de la mère patrie , rien ne va en Guadeloupe, sauf pour quelques privilégiés :

Le chômage est toujours aussi massif, il frappe particulierement les jeunes, l’eau ne coule toujours pas dans de nombreux foyers, les transports sont défaillants et l’environnement est dégradé.

C’est dans ce contexte que le pouvoir central a décidé de se désengager.

 D’abord avec une décentralisation qui est un marché de dupes et ensuite en réduisant les dotations aux collectivités. Et ce n’est pas le dernier plan de relance qui va nous démentir.

Bref, l’Etat nous dit : « Je paie mes fonctionnaires, je gère la misère en octroyant le RSA aux plus pauvres, je garde le vrai pouvoir en gardant les administrations financières, le commerce extérieur, la justice et l’armée…et pour le reste démerdez vous :

« Occupez vous de construire  routes et écoles et gérez la question de l’eau , ce n’est plus mon affaire. »

Et pour être plus clair, il nous dit,  prenez vos affaires en main.

C’est ainsi, qu’en 2009 le Chef de l’Etat français Nicolas Sarkozy a dit: « Nous sommes arrivés à la fin d’un cycle historique en Outre-mer. Le statu quo n’est plus possible  ».

Les Présidents des Collectivités majeures (CG et CR) s’étaient engagés à présenter un « Nouveau projet guadeloupéen de société » dans les 18 mois. 

 Ce projet n’a toujours pas été livré.

Dix ans plus tard, nous sommes, plus que jamais,  dans l’impasse. Aucun des problèmes de la Guadeloupe n’a été réglé. Pire, les choses se dégradent d’année en année.

Nous voyons bien, qu’il ne s’agit  pas que d’une question d’hommes, il faut changer de structure. 

C’est ce que le CIPPA APPELLE L’ ALTERNATIVE

UNE ALTERNATIVE  POLITIQUE

 On ne peut pas se contenter d’exceptions, d’habilitations, de dérogations, etc.  Le statut de département n’est pas adapté ⎫ Le CIPPA propose un changement de statut

Ce nouveau statut va définir un partage de compétences entre la nouvelle Collectivité guadeloupéenne et l’Etat .

LES COMPÉTENCES DE LA NOUVELLE COLLECTIVITÉ.

La Fiscalité 

2. Le régime douanier 

3. Le commerce extérieur

 4. L’environnement 

5. L’urbanisme

 6. La politique économique

 7. L’énergie

 8. Le droit d’exploitation des ressources naturelles biologiques et non biologiques des eaux intérieures de la mer territoriale et de la ZEE

 9. Les transports

 10. La coopération avec les peuples 

11. Le sport 

12. Le tourisme

 13. La création et l’organisation des services et établissements publics de la collectivité 

14. L’accès au travail des étrangers

 15. Le droit d’adopter des signes distinctifs, exprimant la personnalité de la collectivité, à savoir un drapeau et un hymne

UNE ALTERNATIVE  ÉCONOMIQUE

  1. Une consommation économe en ressources importées: 
  • Développement des énergies renouvelables ¬Un programme de grands travaux
  • Une fiscalité Guadeloupéenne
  • Un tourisme guadeloupéen:  Imaginé par les guadeloupéens et qu’ils s’approprient 
  • Exploiter les énormes ressources de la mer: • La Guadeloupe doit avoir la pleine souveraineté sur sa zone économique exclusive
  • Construire des usines de dessalement de l’eau de la mer.
  1. Orientation générale pour l’agriculture:

 • Assurer à la population un niveau de vie équitable par le relèvement du niveau de vie individuel de ceux qui travaillent dans l’agriculture

 • Garantir la sécurité alimentaire de la Guadeloupe 

• Accroître le développement de la productivité par un progrès technique adapté et maîtrisé, par l’irrigation des terres agricoles par l’eau de dessalement de la mer.

  • Assurer des prix raisonnables aux consommateurs

 Préserver les terres agricoles et les réserves naturelles.

Une vraie démocratie

  • Construire l’espace public guadeloupéen et faire émerger une opinion publique susceptible de peser sur les décideurs
  • Instiller le débat d idées pour charpenter une citoyenneté guadeloupéenne
  • Faciliter l’émergence  des corps intérimaires capables de défendre les citoyens. Nous pensons aux associations de consommateurs.

LA VOIE EXISTE IL FAUT L’EMPRUNTER. LE CIPPA EST PRÊT.

Laisser un commentaire