La politique antisociale menée depuis 5 ans par Nicolas Sarkozy a été sanctionnée au premier tour des élections présidentielles, aussi bien en Guadeloupe qu’en France. Ce choix des citoyens exprime un désir légitime de changement.

Le bilan social de ces cinq années de sarkozysme est lourd : les suppressions de  milliers d’emplois d’enseignants et la fermeture de classes ont particulièrement défavorisé les enfants des classes laborieuses, le démantèlement des services publics et le déremboursement des médicaments ont fragilisé le quotidien des plus faibles, la non-revalorisation du SMIC, le gel des salaires des fonctionnaires et la contre-réforme des retraites ont obligé une immense masse de citoyens à travailler toujours plus pour gagner toujours moins.

Ce sinistre bilan est encore plus catastrophique en Guadeloupe, société enferrée dans le marasme économique et défigurée par les inégalités sociales.

La politique de libéralisme économique menée depuis des années par Sarkozy et ses amis, après avoir provoqué la ruine de milliers de petits planteurs de banane, met désormais en péril la filière canne-sucre-rhum, sans qu’aucune perspective de développement alternatif n’ait jamais été proposée.

Au final, l’unique projet pour la Guadeloupe porté par la présidence Sarkozy aura été le torpillage systématique de l’accord du 4 mars 2009 afin d’assurer le maintien des profits de quelques-uns contre le bien-être du plus grand nombre.

Si on ajoute sa politique xénophobe et discriminatoire à ce bilan économique et social, les Guadeloupéens ont d’excellentes raisons pour prendre position contre l’entreprise de destruction menée durant cinq ans.

Le CIPPA, en cohérence avec son engagement pour le développement économique et la justice sociale, appelle les citoyens guadeloupéens à se mobiliser pour que, ce samedi 5 mai, la page Sarkozy soit définitivement tournée.

Communiqué au format PDF

 

Une pensée sur “RENVERSONS SARKOZY !”

  1. Je respect le droit de vote, mais force est de constater qu’aucun président français ne résoudra à notre place les problèmes de la Guadeloupe.
    A l’heure ou certain évoque le « devoir de réserve » en cette période électorale, quelle est la position du CIPPA sur la grève à l’usine de Gardel et sur l’arrêt de la campagne cannière 2012 décidé par les planteurs.

Laisser un commentaire