logo-neuf.jpg

Plus de 90% d’abstentionnistes, les Guadeloupéens viennent d’infliger un désaveu cinglant aux candidats au parlement européen et sanctionner une campagne électorale d’une rare médiocrité. En effet, les candidats n’avaient qu’un seul argument : Votez, car l’Europe nous donne des millions d’euros, sans même qu’ils sachent comment fonctionne le budget européen. Le sauraient-ils qu’ils n’auraient pas insisté, avec autant d’’ardeur et de suffisance. Ils auraient sans doute parlé  -et cela aurait été préférable- de la contribution de la Guadeloupe à ce même budget. Les Guadeloupéens sont bien loin des préoccupations de ces politiciens alléchés par les avantages somptueux que procure le mandat de député européen. Comble d’ironie, le record d’abstention a été battu à Grand-Bourg, commune du député européen sortant, avec 5,9% de votants.

Contrairement à ce qu’ils veulent nous faire croire , le quotidien des Guadeloupéens, c’est le chômage massif qui touche des milliers d’actifs, c’est la baisse du pouvoir d’achat, avec une difficulté croissante pour le plus grand nombre de « joindre les deux bouts », ce sont des coupures d’eau incessantes, c’est la propagation de maladies du tiers-monde ( dengue, chickungunya, leptospirose…), c’est l’illettrisme qui se développe, ce sont les inégalités qui se creusent et enfin, c’est la disparition de nos activités productives, sous les coups de boutoir d’une Europe ultra libérale. L’Europe, c’est aussi des menaces qui planent sur l’octroi de mer, un impôt payé intégralement par les Guadeloupéens (principale recette des collectivités), remis en cause par les autorités européennes sur la base de la libre circulation des marchandises, de la réciprocité et de la concurrence libre et non faussée.

Plus que jamais, le CIPPA affirme que la Guadeloupe doit se doter d’un statut qui lui permette de mettre en place un modèle Guadeloupéen basé sur l’émergence d’activités productives, l’exploitation de nos quatre richesses : la terre, la mer, le soleil et la formation des hommes. Enfin, un modèle qui aura comme préoccupation, la réduction des inégalités et l’épanouissement de l’homme.

Le président du CIPPA

Alain PLAISIR

Laisser un commentaire