Face à la pwofitasyon orchestrée particulièrement par les capitalistes de l’import et encouragé par un gouvernement ultra- libéral, les travailleurs et le peuple guadeloupéens ont mené en 2009 une lutte victorieuse.

Cette grande grève de 44 jours s’est conclue par un accord historique le 4 mars 2009. Depuis cette date, l’Etat n’a de cesse de prendre sa revanche sur les travailleurs, en bafouant ses engagements et en tentant d’intimider les syndicalistes les plus déterminés.

Alors que, de plus en plus souvent, pouvoir et patronat privilégient la voie de la répression à celles de la négociation et du véritable dialogue social, alors que l’Etat abandonne les travailleurs en ne prenant pas les mesures nécessaires pour faire appliquer le code du travail, dans le même temps tout est mis en oeuvre pour museler les syndicalistes.

Ainsi, en voulant prélever l’ADN de syndicalistes en lutte pour l’amélioration de la condition des travailleurs, le pouvoir voudrait les assimiler à des terroristes !

C’est dans ce contexte revanchard et de répression antisyndicale que la justice vient de convoquer trois militants de l’UGTG le 20 mai à 14 heures, au Tribunal de Pointe-à-Pitre, pour une affaire vieille de 10 ans.

Le CIPPA s’élève contre les tentatives d’intimidation et de criminalisation de militants syndicaux. Il apporte son soutien total aux militants de l’UGTG et demande à ses militantes et militants d’être présents :

Vendredi 20 mai 2011 à 14 heures
devant le Tribunal de Pointe-à-Pitre

Le Président du CIPPA
Alain PLAISIR

 

Laisser un commentaire