Nous tenons à affirmer notre solidarité pleine et entière à la population japonaise qui vient de payer un lourd tribut au tremblement de terre et au tsunami. Notre solidarité va aussi aux accidentés des centrales nucléaires.

En France où le lobby nucléaire est particulièrement puissant, le gouvernement se veut rassurant, prolongeant ainsi une politique de communication basée sur le mensonge, la dénégation de la réalité et le manque de transparence qui a été la règle pendant la catastrophe de Tchernobyl.

En Guadeloupe, s’il n’y a pas de centrale nucléaire,  il faut bien être conscient que les nuages radioactifs ne s’arrêtent pas aux frontières. Cette catastrophe est l’occasion pour nous de rappeler, qu’il nous faut d’ores et déjà penser à tourner le dos dans notre pays, aux énergies fossiles (fuel, charbon) et utiliser l’énorme potentiel de la Guadeloupe en énergies renouvelables.

L’avenir ne peut reposer que sur une société économe, visant d’abord les économies d’énergie, et au développant en priorité la production d’électricité à base d’énergies renouvelables (solaire, éolienne, hydraulique, géothermique, le mouvement des vagues…).

Le CIPPA demande la mise en place rapide de cette nouvelle politique énergétique, accompagnée d’un égal effort de formation   des jeunes Guadeloupéens à ces nouveaux métiers.

Alain PLAISIR – Président
Bernard BANNY – Vice-président

Laisser un commentaire